Derniers commentaires

Il parait qu’énormément d’hommes sont confrontés ...

27/03/2017 @ 13:33:11
par adelyce


Il est fort dommage que la ...

22/12/2016 @ 14:15:12
par melos95


@ Mamazen je vous trouve assez ...

18/09/2015 @ 19:01:50
par Kyk


Arrêtez vos clichés sur les hommes ...

10/09/2015 @ 22:33:22
par Motu


J'ai lu La cause des hommes ...

22/06/2015 @ 14:44:56
par Mamazen


Calendrier

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Annonce

rss Syndication

Liens

    10 Déc 2014 - 15:51:24

    Mary Plard et Sophie Marinopoulos vous invitent à réfléchir




    L'article de Maître Mary Plard, avocate, et de Sophie Marinopoulos, psychanalyste est à lire  : (il concerne l'histoire de ce bébé accouché sous X qui a été adopté sans que le géniteur, qui avait fait une reconnaissance prénatale, ait donné son accord) 

    http://actecinq.fr/lenfant-bien-consommation-autre-sophie-marinopoulos-mary-plard/

    http://actecinq.fr/wp-content/uploads/Article-de-S.Marinopoulos-et-M.Plard_.pdf


    Je donne mon avis sur certains points :



    Qu’est-ce qu’être père  ?

    A cette question, me vient à l’esprit ce que  Pagnol faisait dire à ses personnages, dans Fanny :

    César - « … cet enfant, quand il est né, il pesait quatre kilos … Ceux_là, c’est sa mère qui les a faits. Maintenant, il arrive à sept … Ces trois kilos de plus, c’est trois kilos d’amour … et toi, qu’est-ce que tu lui as donné ?
    Marius : « La vie »
    César : « Les chiens aussi donnent la vie : pourtant ce ne sont pas des pères … »

    - "La biologie n'a en fait qu'un avantage : elle apporte une certitude. Mais il s'agit d'une réponse à côté de la question, car elle ne permet de connaître que le géniteur et non le père. 
    Etre père implique un certain nombre d'engagements, de liens qui se tissent."
    Christian Flavigny, pédopsychiatre

    - "Un père ne peut  être que présent dans la vie de l’enfant, physiquement  et psychologiquement et être valorisé dans cette fonction "
    Yvon Dallaire, professeur de psychologie

    "Mon" sperme, "mes" ovocytes, c'est en effet ce que l'on entend parfois ... Eh oui, on a désormais tellement peur du psychique, on ne sait tellement plus dire ce que c'est qu'un père, ce que c'est qu'une mère, qu'on se raccroche désespérément au biologique. Mais être parents, ce n'est pas donner son sperme ou ses ovocytes, c'est cheminer vers un enfant en respectant son devenir et ses origines."
    Pierre Levy Soussan, psychiatre et psychanalyste.

    Or

    « L'expérience démontre que la paternité imposée conduit très rarement à une véritable relation de père-à-enfant. « 
    Frank Rainer - professeur émérite et ancien directeur de l’institut de droit comparé de l’Université de Fribourg en Brisgau

    Donc

    « si l’enfant demande : qui est mon père ? On devrait lui répondre : celui qui est devant toi. « 
    Christian Flavigny  psychanalyste et pédopsychiatre 

    et s'il n'y a personne, c'est qu'il n'en a pas.

    Alors

    Désignons un père à nos enfants, et pas l'individu géniteur qui ne veut pas, ou ne peut pas, s'impliquer dans le rôle paternel car un père ne peut être absent ou dévalorisé.

    Le père peut être un parent (l'oncle, le grand-père) .... qui accepte de remplir la fonction paternelle.

    A l'unanimité, en Mai 2015, le Sénat a adopté un projet de loi sur le parrainage, où parrain et marraine s'engagent, officiellement, à concourir " à l'apprentissage par l'enfant de la citoyenneté dans le respect des valeurs républicaines".

    Un parrain peut aussi être un papa.

    Tout ceci est confirmé par divers psychologues dont  Bruno Decoret, psychologue et chercheur en sciences de l'éducation, qui dit que lorsque le géniteur ne remplit pas la fonction de père :
    "Un oncle, le parrain ... un autre homme peut jouer un rôle important dans la vie d'un enfant. Mais il est essentiel de lui faire une vraie place. Il faut qu'il soit alors une référence reconnue, que l'enfant puisse le voir de sa propre initiative, partager des secrets avec lui ... Lui aussi doit avoir une place autonome qui ne passe pas par l'intermédiaire de la mère."


    Droit dès sa naissance à une famille, droit à la stabilité …

    Comme disait le médecin et député  Serge Blisco « L’intérêt de l’enfant, c’est qu’on ne laisse pas  longtemps dans des situations ambiguës »



    Travaillons à la reconnaissance de droits clairs et égaux de la femme et de l'homme

    Ce à quoi je réponds :

    - La femme a le droit de mettre, ou non, son enfant au monde parce que c'est son ovule, son ventre ...
    - L'homme a le droit de savoir qu'il a participé à la conception de l' enfant et le droit de dire s'il veut, ou non, participer à son éducation ...
    - L'enfant à le droit d'être enregistré à sa naissance et d'avoir une famille qui le protège et l'aide à grandir sainement et sereinement ...

    Et n'oublions pas que les parcelles de son ADN, que le géniteur offre de manière aléatoire, ne devraient pas être suffisantes pour justifier une filiation et d'autant  moins que
    - des personnes qui ne sont pas apparentées peuvent avoir le même ADN.
    - les gènes peuvent se désactiver ou muter selon ce qui est vécu.
    - les thérapies géniques vont agir en modifiant l'ADN et c'est prévisible, elles se pratiqueront de plus en plus 
    d'ailleurs :
    Février 2015 : le Royaume-Uni a autorisé le remplacement de l'ADN mitochondrial sur l'embryon ... 
    L’ADN mitochondrial c'est ce qui permet à l’organisme de fonctionner et il se transmet intégralement de la "mère" à tous ses descendants … 
    ça ce n'est pas quelques parcelles d'ADN ! 
    Et même lorsque l'ADN mitochondrial est identique, voici ce qui peut se passer :
    L’affaire Serano,l'illustre. C'est une histoire de bébés échangés à la naissance et de retrouvailles, 20 ans plus tard 
    Une interview  de la mère par Violaine de Montclos pour Le Point en Février 2015;
    - « Avec l’autre famille, vous décidez de vous rencontrer. Vous voyez alors votre fille biologique pour la première fois. Comment cela se passe-t-il ? »
    - « J’ai vraiment l’impression de la retrouver et je suis frappée par notre ressemblance… Nous essayons de nous inventer un lien, une place pour chacun dans la vie de nos familles respectives, mais ça ne fonctionne pas. En fait, nous ne sommes rien les uns pour les autres. Nous ne nous connaissons pas, il y a entre nous trop de différences de culture, d’éducation, d’opinions. Nous n’avons pas la même façon d’appréhender la vie. Alors peu à peu nous prenons nos distances »







    Lien permanent vers l'article complet

    http://paternite-imposee.blogactifs.com/PATERNITES-b1/Mary-Plard-et-Sophie-Marinopoulos-vous-invitent-a-reflechir-b1-p4363.htm

    Commentaires

    Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


    Laisser un commentaire

    Statut des nouveaux commentaires: En attente





    Votre URL sera affichée.


    Veuillez entrer le code contenu dans les images


    Texte du commentaire

    Options
       (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)