Derniers commentaires

Il parait qu’énormément d’hommes sont confrontés ...

27/03/2017 @ 13:33:11
par adelyce


Il est fort dommage que la ...

22/12/2016 @ 14:15:12
par melos95


@ Mamazen je vous trouve assez ...

18/09/2015 @ 19:01:50
par Kyk


Arrêtez vos clichés sur les hommes ...

10/09/2015 @ 22:33:22
par Motu


J'ai lu La cause des hommes ...

22/06/2015 @ 14:44:56
par Mamazen


Calendrier

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Annonce

rss Syndication

Liens

    27 Déc 2012 - 17:38:46

    "PATERNITES IMPOSEES"




    Maître Mary PLARD, avocate spécialiste en droit de la famille, a recueilli le témoignage de quelques hommes qui  ont essayé d’exprimer leur souffrance, leur culpabilité, leur désarroi,  face à une paternité imposée …

    Le  juge Renaud VAN RUYMBEKE a accepté de préfacer le livre avec enthousiasme.


    Mary Plard et Renaud Van Ruymbeke - Paternités imposées.


    Editeur : Les liens qui libèrent  
    Parution : 9 Janvier 2013


    Ecouter Maître Mary PLARD sur RFI 
    en compagnie de Maître Béatrice Ghelber, avocate spécialiste en droit de la famille et de Fabrice Mejias, président de l’association SOS papa.
    2 émissions :
    http://www.rfi.fr/emission/20121126-1-papa-malgre-moi-elle-fait-enfant-le-dos
    http://www.rfi.fr/emission/20121126-2-papa-malgre-moi-elle-fait-enfant-le-dos
    Témoignage de Pierre


    09 01 2013
    FRANCE5
    Le magazine de la santé
    … 15:30 Père malgré lui
    Me Mary Plard avec Dr Marina Carrère d’Encausse et Dr Michel Cymes
    http://www.youtube.com/watch?v=_aE2orfsvgA


    10 01 2013
    Commentaire du Juge Philippe BILGER
    "Remarquable livre d'une avocate Mary Plard sur les  Paternités imposées et belle interview de l'auteur dans le Point"
    https://twitter.com/BilgerPhilippe/status/289330181372518400


    10 01 2013
    LE POINT
    Interview de Mary Plard par Violaine de Monclos  sur ces pères qui ne voulaient pas l'être


    14 01 2013
    LE FIGARO MADAME
    interview par Gaëlle Robin de Mary Plard
    "... J’ai demandé au juge Renaud Van Ruymbeke de m’écrire la préface. Il était très sceptique au départ. Mais il m’a envoyé des SMS à mesure qu’il avançait dans la lecture du manuscrit et j’ai compris que je l’avais convaincu. Il a reconnu qu’il y avait bien là une zone de droits bafoués... "
    http://madame.lefigaro.fr/societe/peres-leur-corps-defendant-140113-333206


    15 01 2013
    FEMMES ACTUELLES n° 1477
    Ces hommes devenus pères malgré eux ...            
    Avec interview de Sophie Marinopoulos
    Et de Florence Rault, (avocate de D.D) qui envisage de créer une fondation pour faire évoluer la législation
    Ainsi que de Me Plard  qui dit qui « il faut cesser de confondre la loi et la morale.
    Selon elle, le débat doit se situer bien avant la grossesse, dans la conception même;
    D’abord en sensibilisant les femmes à cette inégalité.
    Mais surtout en apprenant aux hommes à maîtriser leur contraception et en développant l’usage de la pilule masculine. 
    http://pressenumerique.viapresse.com/samples/MP4z3tL1X52u-3


    16 01 2013
    de 10 à 11 h
    FRANCE INTER - Service public 
    « Je suis ton père : les paternités imposées » par Guillaume Erner
    Avec 
    Mary PLARD
    Serge  HEFEZ - psychiatre et psychanalyste responsable de l'unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris 
    témoignages de Bertrand et de Bernard
    http://www.franceinter.fr/emission-service-public-je-suis-ton-pere-les-paternites-imposees


    16 01 2013
    RMC 
    avec Brigitte LAHAIE
    invitée du jour Mary PLARD
    http://www.rmc.fr/podcast/podcast.php?id=51#lien5


    16 01 2013
    CANAL +
    La nouvelle édition
    Partie 4 - 15:03
    avec interview de Georges et de John
    http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?vid=791636#pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?vid=791636&_suid=135845317651805500091238314784


    17 01 2013
    OUEST FRANCE
    interview de Mary PLARD par Vanessa Ripoche
    Extraits :
    M.P. - « …Ne pas se protéger voudrait dire que l'homme accepte d'avoir un enfant. C'est préhistorique ! »
    M.P. - «… Les lois sur la bioéthique ont obligé les chercheurs à se poser ces questions et à positionner l'homme en tant que père in utero. Le législateur a tranché et donné des droits aux deux membres du couple. Il faut aller plus loin et réfléchir au consentement du géniteur masculin. La question de la paternité sous X mérite d'être posée... »
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Un-jour-ils-sont-devenus-peres-malgre-eux-_3639-2154048_actu.Htm?xtor=RSS-4&utm_source=RSS_MVI_ouest-france&utm_medium=RSS&utm_campaign=RSS


    18 01 2013
    VIVA
    Interview de Mary PLARD par Marilyn Perioli
    Extraits :
    M.P. - … Je me suis posée la question de savoir pourquoi les hommes devraient assumer une paternité imposée alors que les femmes bénéficient de la possibilité de ne pas devenir mère si elles le souhaitent. Dans le respect justement de l’égalité homme/femme, j’ai souhaité faire entendre la voix de ces hommes et de trouver des solutions juridiques pour répondre à leurs interrogations….
    M.P. - … J’ai voulu sortir des prétoires et faire entendre cette question du consentement de l’homme d’aujourd’hui, de nos compagnons, de nos fils, à devenir père. J’ai voulu faire partager mes interrogations, parce que, pour moi, c’est un véritable sujet de société. Oser en parler, susciter le débat. Car ce n’est pas uniquement un sujet de droit. C’est plus large. Il y a d’autres angles de réflexion, auxquels les psychologues, les sociologues peuvent s’associer. On assiste aujourd’hui à une redistribution de l’organisation familiale, et, à cette occasion, il ne faut pas faire l’épargne de la question du consentement de l’homme à être père. Faut-il rétablir l’équilibre en agissant en faveur, cette fois, de l’homme ? Est-ce possible ? Je pense qu’il appartient à notre société d’y répondre.
    MP. - … Car ce que nous avons voulu pour les femmes, c’est-à-dire une sexualité libre et assumée, sans s’enfermer dans une abstinence douloureuse pour éviter les naissances rapprochées, dévoile son versant masculin. L’homme qui a une sexualité libérée avec des femmes adultes consentantes court le risque de devenir père, de se voir imposer une paternité. Aucun droit d’interruption filiative ne s’offre à lui…
    A lire en entier :
    http://www.viva.presse.fr/Paternites-imposees-un-sujet-tabou_17718.html
    Et un autre article avec vidéo
    http://www.viva.presse.fr/Paternite-imposee-un-sujet-tabou_17739.html


    20 01 2013
    FRANCE2
    J.T. 20H. Grand format : Pères malgré eux
    avec M° Mary Plard
    Témoignage de Julien et de Sylvain
    http://www.france2.fr/jt/20h/
    http://www.youtube.com/watch?v=VwslUSXpqbc

    29 01 2013
    RTL
    Émission « On est fait pour s’entendre » avec Flavie FLAMENT et Dr Marcel ICHOU
    La Paternité imposée avec Mary Plard
    Témoignage de Loic
    http://www.rtl.fr/emission/on-est-fait-pour-sentendre/ecouter/on-est-fait-pour-s-entendre-du-29-janv-2013-la-paternite-imposee-avec-mary-plard-avocate-7757445188#play


    29 01 2013
    LE FIGARO
    "La paternité peut-elle être imposée ?" par Marie-Amélie Lombard
    avec Me Hélène Poivey-Leclercq, avocate
    "... On frôle l'abus de confiance ou l'escroquerie de la part des femmes. 
    ... Le législateur est à côté de la plaque et aucun politique ne s'empare du sujet..."
    Témoignage de Pascal
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/01/28/01016-20130128ARTFIG00717-paternite-imposee.php?cmtpage=1#comments-20130128ARTFIG00717


    02 02 2013
    Radio Télévision Belge Francophone
    22:00 - 23:00
    Maître Mary Plard est l’invitée de la 1ère heure de Parlez-Moi d’Amour pour parler de ce livre qui déjà dérange.
    http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1795432&channel=lapremiere


    03 02 2013
    RUE89 Le Nouvel Observateur
    A propos du livre de Mary Plard
    697 réactions avec de très bons commentaires
    http://www.rue89.com/2013/02/03/livre-pourquoi-ne-permet-pas-un-homme-de-ne-pas-etre-pere-239240


    05 02 2013
    FRANCE3 Pays de Loire
    Journal Télévisé
    http://www.tv-replay.fr/12-13-journal-regional/


    05 02 2013
    FRANCE3
    Frédéric TADDEI Ce soir ou jamais
    Les thèmes : 1/ Un enfant à tout prix ? 2/ La Gestation pour autrui 3/ La famille (mariage homo, paternités imposées, congélation de confort des ovocytes)
    avec
    Jacques Testard, Biologiste - Joy Sorman,Ecrivain - Caroline Mécary,Avocate - Caroline Eliacheff, Psychanalyste
    Odile Barski, Ecrivain, scénariste - Denis Podalydès, Comédien, Marie Plard,Avocate
    http://replay.fr/ce-soir-ou-jamais.html


    06 02 2013
    CONVERSATION PUBLIQUE
    organisée par l'association « les pâtes au beurre »
    (prévention de la santé psychique et soutien psychologique aux familles)
    CCO Place de Bretagne 44047 Nantes - Mercredi 6 février 2013 à 19H30
    Avec 
    Mary Plard - avocate, auteur de "Paternités imposées" aux édition LLL (Les Liens qui Libèrent)
    Sophie Marinopoulos - psychologue clinicienne et psychanalyste, ayant effectué de nombreux travaux cliniques et des recherches sur la famille.
    Animée par Eric Warin - Directeur du CCO

    "Accueillir les difficultés d’aujourd’hui, 
    c’est prévenir les violences de demain."


    06 02 2013
    FR2 Histoires en série
    Dominique Desseigne - L’empire Barrière en héritage -
    Interview de Me Plard
    http://www.youtube.com/watch?v=ZoxxEeiMCko


    20 02 2013 
    Radio Montreal des québéquois parlent avec Mary Plard
    http://montreal.radiox.com/article/paternite_imposee_un_livre_de_mary_plard


    Radio Canada Catherine Perrin s’entretient avec Mary Plard
    http://www.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2012-2013/chronique.asp?idChronique=275351


    21 02 2013
    Libération
    Mary Plard. La cause du père obligé par Violette Lazard
    « … «L’accouchement sous X est une solution certes douloureuse, mais elle existe pour les femmes - elle plante ses yeux de chat soulignés de noir dans les vôtres -, pourquoi la possibilité d’être "géniteur sous X" ne serait pas offerte aux hommes ?» L’idée est séduisante. Egalitaire, en tout cas. Le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke, qui signe la préface du livre, ne va pas si loin mais souligne néanmoins les lacunes d’une justice qui devra bien s’adapter. Pourquoi lui ? Pour Mary Plard, «VR» est «emblématique d’une justice idéale. J’avais envie de voir si je pouvais ébranler le plus grand des juges»… »
    http://www.liberation.fr/societe/2013/02/21/mary-plard-la-cause-du-pere-oblige_883583


    26 02 2013
    RFI
    Débat du jour : La justice est-elle sexiste ? Par Jean-Baptiste Letondeur
    Avec 
    Fabrice Mejias, président de SOS PAPA
    Carole Lapanouse, présidente de SOS LES MAMANS
    Mary Plard, avocate et auteur de Paternités imposées
    Philippe Viau, président de l’association « Pères : les malgré nous
    http://www.rfi.fr/emission/20130225-justice-est-elle-sexiste


    26 02 2013
    PARENT SOLO 
    Interview Mary PLARD
    Extraits
    « … ces débats sont en lien direct avec la question des paternités imposées. GPA, PMA déconnectent filiation génétique et filiation affective. Ce ne sont pas les gènes qui font le lien filiatif, c'est le désir des individus à faire de l'enfant leur enfant, désir qui va permettre ensuite de métaboliser ces liens. C'est ce que l'on retrouve dans l'adoption. L'enfant sait immédiatement qu'il n'est pas né de la relation de ceux qui l'élèvent mais qu'il considère cependant comme ses parents et réciproquement. Le lien est affectif, l'origine biologique peut être même connue, cela ne changera rien à ce qui est tissé. Le Canada privilégie la filiation affective sur la vérité biologique, le délai pour rechercher la paternité est très bref, et dernièrement la cour supérieure (équivalent de la cour de cassation) a déclaré qu'un homme qui avait appris tardivement qu'il n'était pas le père de 3 enfants sur 4 qu'il avait eu avec sa femme, devait néanmoins les assumer car il s'était comporté comme un père et ne pouvait plus détruire ce lien malgré une vérité biologique contraire… »
    P.S. : Ces hommes "abusés dans leur fonction procréative", connaissent parallèlement une violence psychique : peut-on parler de viol ? "Y a-t-il un agresseur et une victime ?"
    « … C'est un point de vue qui va choquer sans doute vos lecteurs, je vais m'exprimer en tant qu'avocate spécialisée dans ces dossiers singuliers. Ces paternités imposées sont porteuses de ces mots qui m'ont moi même dérangée au début. Le viol peut être psychique, nul ne saurait le contester. Bien sûr, il n'est question que de comparer ce qui est comparable. L'homme pris dans ces situations extrêmes est souvent détruit, il a le sentiment d'avoir été bafoué, instrumentalisé, méprisé dans son individualité. J'ai vu des hommes somatiser, se détruire et même se laisser dépérir. Leurs interrogations douloureuses sont le gage de ce qu'ils ne sont pas ces salauds irresponsables que l'on stigmatise dans les tribunaux et dans l'opinion publique. Ils sont dans une situation non de victime mais de coupable, c'est la pire qui soit. Elle ne leur permet généralement pas d'accéder à l'enfant, et de se comporter comme des pères… »
    «  … P.S. : Sur notre site, www.parent-solo.fr, nous lisons les mots de papas seuls parfois dans cette situation, et nous avons aussi des témoignages de mamans qui ont voulu "faire un bébé toute seule" : aux uns et aux autres, quel message voudriez-vous faire passer ?
    M.P. : Plusieurs remarques me viennent a la lecture de ce thème : 
    1- faire un bébé toute seule, ou faire un bébé pour soi ? Donner la vie n'est pas recevoir une vie, c'est un acte pour l'autre, pour l'enfant avant tout. Qui souhaiterait offrir à son enfant une vie qui commencerait devant les tribunaux par la recherche d'un père qui sera déclaré tel par un prélèvement biologique vérifié sur la paillasse d'un laboratoire? 
    Faisons des droits de l'enfant le fil rouge de notre réflexion.
    2- faire un bébé toute seule, c' est le faire sans homme. Si c'est un choix pour la femme, cela doit aussi être un choix pour l'homme, respectons les hommes si nous voulons être respectées, respectons surtout celui que nous choisissons comme père pour nos enfants. »
    A lire en entier sur : 
    http://www.parent-solo.fr/modules/dossiers/article.php?article_id=236

    04 04 2013
    FR2 Complément d'enquête : "Ou sont les hommes ?"
    avec les témoignages de Paul et de Thomas
    Me Mary PLARD dit  : 
    "... Avec les lois sur la filiation, les tribunaux vont chercher le géniteur et le désigne comme père. Dans ces deux mots, géniteur et père, on a peut être la clef de ces discussions... "
    La vidéo sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=hrjm1hbwj8E


    22 04 2013 
    France Inter
    Partir avec Marie-Pierre Planchon … et Me Mary Plard
    http://www.franceinter.fr/emission-partir-avec-mary-plard
    http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11538.xml

    14 06 2013
    Le 10° Congrès international de Gynécologie Obstétrique et Reproduction de Côte d’Azur (Gynazur,) s’est déroulé  à Nice du 12 au 14 Juin 2013 .
    L’après_midi du 14,  le thème était :
    « Liberté Egalité Paternité : Le piège de la Paternité imposée « 
    Me Mary Plard et  Me Florence Rault (avocate de Dominique Desseigne)
    ont participé aux débats.

    Faisant suite, un article est paru dans Nice Matin : « et si on parlait du droit des pères ? »
    http://www.nicematin.com/cote-dazur/et-si-on-parlait-du-droit-des-peres.1314190.html

    14 08 2013
    Les experts d’Europe1
    http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Les-experts-Europe-1/Sons/Les-experts-Europe-1-Peres-malgre-eux-1610265/
    Avec  Roland Perez - Mary Plard - David Athur, rédacteur en chef du magazine Balthazar
    les témoignages de Gérard et de Laurent …  le soutien de Moshé, de Mickael et de l’association « pères : malgré nous »

    http://i72.servimg.com/u/f72/11/61/62/99/th/bstkft11.jpg


    13 Janvier 2014 France Culture
    « Pères Malgré eux »
    Un documentaire trés réussi d’Olivier Martinaud et de Marie Laure Ciboulet
    Avec les émouvants témoignages de Antoine, et de Moshé
    et la participation de Maître Plard et du député Erwann Binet.
    http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-%C2%AB-peres-malgre-eux-%C2%BB-2014-01-13

    11 Mars 2014 Ici Radio Canada
    Relations sexuelles : les nuances du consentement
    Le jugement juridique envers Craig Jarrett Hutchinson, cet homme qui avait percé des trous dans un condom à l'insu de sa conjointe, a été confirmé par la Cour suprême. 
    Une autre cause à propos d'un homme condamné à payer une pension alimentaire pour un enfant dont il ne voulait pas a attiré l'attention. Sa conjointe lui avait dit prendre la pilule contraceptive. Discussion à trois autour de l'idée d'agression sexuelle dans le cas d'un consentement par fraude. 
    Avec la participation de Maître Mary Plard
    http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2013-2014/archives.asp?date=2014-03-11

    21/04/2014 - France.5 
    Peut-on imposer à un homme d’être père ?
    - avec l’équipe des Maternelles
    - avec Caroline qui a choisi de garder le bébé contre l’avis de son compagnon de l’époque, .
    - Mary Plard, 
    - Sophie Marinopoulos
    - Daniel Coum, psychologue clinicien,
    directeur de Parentel, membre de l'École psychanalytique de Bretagne, chargé d'enseignement à l'université de Brest.
    auteur de l’ouvrage Qu’est-ce qu’un père ? paru aux éditions Erès.
    - (L’association «  Pères : Malgré nous » ainsi que notre blog sont cités par Elsa.)

    A écouter et reécouter !
    http://www.france5.fr/emissions/les-maternelles



    ..................................................................................................................................................................

    ==> Comme les "Pères-malgré-nous" nous pensons qu'une femme doit avoir le droit de mettre son enfant au monde et le droit de l'élever, si c'est son choix.
    Mais, si elle seule choisit, elle seule doit en assumer les conséquences  : autant les conséquences financières  que les impacts psychologiques possibles sur l'enfant sans père ; l’enfant a besoin de regards croisés. Sa mère doit lui donner la possibilité de se lier avec une figure paternelle qui pourra combler les manques dont il pourra peut-être souffrir : Un oncle,  un compagnon, un parrain, etc., quelqu’un qui puisse incarner, symboliquement, une représentation paternelle et jouer le rôle du père ( et cela sera d'autant plus simple qu'aucune filiation n'aura été établie au préalable.)
    ==> 
    Considérant ce que nous avons vu sur le forum de ce blog, depuis plusieurs années,  je doute fort qu'un homme qui voit débarquer dans sa vie  une personne de 18 ans disant "Coucou, papa, je suis ton enfant !",  sous la menace d'une procédure judiciaire pour faire établir une filiation qui n'a aucun sens, et réclamer des avantages financiers, soit  belle histoire.
    D'ailleurs, lorsqu'un "père", qu'il ne connait pas, veut s'immiscer dans la vie privée de l'"enfant" sous prétexte qu'il est son géniteur, ce n'est guère mieux.

    11 04 2014 - RFI

    http://www.rfi.fr/emission/20140411-1-on-parlait-genetique/




    « Une famille c’est l’ensemble des personnes qui se côtoient au quotidien » Pierre Ray, généticien






    adelyce · 9489 vues · 10 commentaires

    Lien permanent vers l'article complet

    http://paternite-imposee.blogactifs.com/PATERNITES-b1/PATERNITES-IMPOSEES-b1-p4351.htm

    Commentaires

    Commentaire de: adelyce [ Membre ]

    Il parait qu’énormément d’hommes sont confrontés à des paternités imposées.
    Plusieurs, compte tenu des bonnes relations qu’ils ont avec la mère, acceptent d’élever des enfants qu’on leur a fait, pourtant, « dans le dos » .

    Si, on donne aux hommes la maîtrise de leur Fécondité, il est certain que la Natalité baissera énormément. La Natalité étant un facteur de croissance pour le pays, je ne crois pas que cette maîtrise masculine soit ou sera voulue, de si tôt, par l’Etat.

    Il existe cependant une loi :

    LOI no 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire de grossesse et à la contraception

     

    Article 26

    Le titre II du livre Ier de la deuxième partie du même code est complété par un chapitre III ainsi rédigé :

    « Chapitre III

    « Stérilisation à visée contraceptive

    « Art. L. 2123-1. - La ligature des trompes ou des canaux déférents à visée contraceptive ne peut être pratiquée sur une personne mineure. Elle ne peut être pratiquée que si la personne majeure intéressée a exprimé une volonté libre, motivée et délibérée en considération d'une information claire et complète sur ses conséquences.

    « Cet acte chirurgical ne peut être pratiqué que dans un établissement de santé et après une consultation auprès d'un médecin.

    « Ce médecin doit au cours de la première consultation :

    « - informer la personne des risques médicaux qu'elle encourt et des conséquences de l'intervention ;

    « - lui remettre un dossier d'information écrit.

    « Il ne peut être procédé à l'intervention qu'à l'issue d'un délai de réflexion de quatre mois après la première consultation médicale et après une confirmation écrite par la personne concernée de sa volonté de subir une intervention.

    « Un médecin n'est jamais tenu de pratiquer cet acte à visée contraceptive mais il doit informer l'intéressée de son refus dès la première consultation. »

    Article 27

    Après l'article L. 2123-1 du même code, il est inséré un article L. 2123-2 ainsi rédigé :

    « Art. L. 2123-2. - La ligature des trompes ou des canaux déférents à visée contraceptive ne peut être pratiquée sur une personne mineure. Elle ne peut être pratiquée sur une personne majeure dont l'altération des facultés mentales constitue un handicap et a justifié son placement sous tutelle ou sous curatelle que lorsqu'il existe une contre-indication médicale absolue aux méthodes de contraception ou une impossibilité avérée de les mettre en oeuvre efficacement.

    « L'intervention est subordonnée à une décision du juge des tutelles saisi par la personne concernée, les père et mère ou le représentant légal de la personne concernée.

    « Le juge se prononce après avoir entendu la personne concernée. Si elle est apte à exprimer sa volonté, son consentement doit être systématiquement recherché et pris en compte après que lui a été donnée une information adaptée à son degré de compréhension. Il ne peut être passé outre à son refus ou à la révocation de son consentement.

    « Le juge entend les père et mère de la personne concernée ou son représentant légal ainsi que toute personne dont l'audition lui paraît utile.

    « Il recueille l'avis d'un comité d'experts composé de personnes qualifiées sur le plan médical et de représentants d'associations de personnes handicapées. Ce comité apprécie la justification médicale de l'intervention, ses risques ainsi que ses conséquences normalement prévisibles sur les plans physique et psychologique.

    « Un décret en Conseil d'Etat fixe les conditions d'application du présent article. »



    Déjà bien, qu’on leur ait permis d’utiliser, ce moyen « vieux comme Hérode », le préservatif.
    Mais comme on sait que ce moyen n’est pas très sûr et qu’on sait que si ce moyen seul est utilisé par le couple, la femme a de fortes chances de tomber enceinte …

    L’autorisation pour les femmes d’utiliser des moyens sûrs (contraceptifs et avortements), fut difficilement acquise. On le comprend !

    Ce fut, donner aux femmes la possibilité de maîtriser la Natalité. On comptait sur nous,les femmes, pour maîtriser la démographie et ne faire naître que des enfants qui auraient une chance de plus d'être heureux sur cette planète.

    Pour une fois qu’on nous redonnait le pouvoir !

    Aujourd’hui, voilà que certaines viennent dire : « Nous ne sommes pas capables de gérer seule notre contraception, il faut que ces messieurs , nous contrôlent ou fassent comme si on n’en avait pas.

    Ou bien : « J’ai décidé toute seule d’avoir un enfant, mais voilà, je ne suis pas capable de l’élever toute seule, il me faut l’aide financière du géniteur ».

    « Il n’avait qu’à faire attention » ! certes, cela fait bien longtemps qu’on demande aux hommes de se méfier des femmes.

    Donc, rien ne change sous le soleil ? les femmes sont toujours des incapables et les hommes , des gogos ?

    Quant à votre idée de vasectomie : et pourquoi pas stériliser les garçons à la naissance et ne garder que les plus beaux spécimens ?
    Certes, c’est un moyen pour eux de ne pas être piégés par des femmes. Mais c’est un moyen qui ne peut être toléré que pour des hommes qui ont déjà des enfants ou qui sont sûrs de ne jamais vouloir fonder une famille. Sinon c’est de la barbarie.

       27/03/2017 @ 13:33:11
    Commentaire de: melos95 [ Visiteur ]
    Il est fort dommage que la contraception, jusqu'à présent soit assignée exclusivement aux femmes. il existe pourtant un moyen infaillible pour assurer la tranquillité des hommes.. La vasectomie. Impossible de se faire piéger .
       22/12/2016 @ 14:15:12
    Commentaire de: dupont [ Visiteur ]
    Une femme qui a un enfant, dans notre pays, l'a réellement désiré puisque, outre la possibilité de contraception avant la conception, elle a accès à l'avortement facilement pendant 12 semaines.
    L'homme n'a ni le droit d'avoir un enfant seul, ni le droit de refuser un enfant qu'il n'a jamais désiré

    Et nous prétendons aspirer à l'égalité entre les sexes!!

    Hommes: Levez vous, défendez vos droits, ne subissez pas les conséquences de manipulations machiavéliques de femmes sans scrupules qui volent vos gamètes, votre avenir familial et économique, vous utilisent sans vergogne avec jusqu'à maintenant la bénédiction des juges et de notre société aveugle.
    Pourquoi ne pas signez à votre tour "le manifeste des X pères malgré eux??"
    Je suis sure que vous êtes nombreux, très nombreux .

    Réveillez vous
    Relevez la tête

    Une femme féministe révoltée par l'injustice de notre société et les agissements malhonnêtes de quelques unes



       19/01/2015 @ 03:44:24
    Commentaire de: lylhéa [ Visiteur ]
    les pauvres , ils ne savent pas que si on a pas de relation sexuelle on a pas d'enfants ."parole " vous dites qu'une femme fait souffrir trois personnes , mais réfléchissez un peu votre compagnon a bien couché avec cette femme , il n'est pas assez grand pour savoir que les bébés ne naissent pas dans les choux
       21/04/2014 @ 19:46:51
    Commentaire de: lhyléa [ Visiteur ]
    il nous font pleurer ces mecs qui se font faire un enfant dans le dos . il y a un moyen simple pour ne pas avoir d'enfant c'est de ne pas avoir de relations sexuelles . les gens aujourd'hui n'assument pas leur actes comme autre fois mais en plus aujourd'hui il faudrait les plaindre
       21/04/2014 @ 19:39:49
    Commentaire de: Ricardo [ Visiteur ]
    Le loi donne le droit exclusif de decider sur les enfants à la femme.
    L'homme n'aucun droit.
    Basé sur ce fait il a des plus en plus d'abus...De plus en plus de femmes utilisent le preservatif utilisé pour se mettre en cloque et pouvoir après deplumer les mecs: pensions alimentaires.
    En Amerique Latine, chile, Argentine, Uruguay...il y a des bandes organisés qui s'e,specialisent à chercher des candidats "peres imposées"...
    Moi même je suis victime d'un chantage pour m'imposer la paternité d'un enfant. Pire, dans mon cas je n'ai pas eu de rapport sexuels complet et susceptibles de procreation et cependant j'ai compris que même cela n'est plus necessaire face à l'escrocherie.
    amitiés.
    Ricardo
       20/03/2014 @ 22:59:12
    Commentaire de: adelyce [ Membre ]
    - La grande médiatisation du livre de Maître PLARD, les interviews ...
    - L'affaire Dati/Desseigne, que Monsieur Desseigne a rendu publique
    - Le mariage homosexuel qui pourrait nous ramener à une vision plus sociale de la filiation (c'est-à-dire telle qu'elle l'a toujours été, avant 1972).
    - La notion de Possession d'Etat, prise de plus en plus en considération par les tribunaux, tant en France qu'à  l'étranger, pour l'établissement ou la contestation de filiation
    - Le Projet de Loi famille

    font qu'on avance.

    Quant à la connaissance des origines, elle est à négocier, selon que l'on soit né d'un "donneur anonyme", conçu au cours d'une relation sans lendemain, enfant accouché sous X, ou enfant adopté ayant connu ses parents ...
    Le CNAOP gère déjà partiellement cela, il suffit d'élargir son champ d'action.

    La Cours Européenne demande seulement que soient fournies à l’enfant des informations non identifiantes  dans le seul but de lui assurer  les conditions élémentaires de construction de son identité narrative. On peut sans doute y ajouter des informations médicales.



       03/02/2013 @ 15:22:06
    Commentaire de: anonyme [ Visiteur ]
    Mon mari a eu une relation extra conjuguale avec une femme des Philippines naturalisee Suedoise qu'il a rencontre en voyages d'affaires en Suede. 
    Notre couple battait beaucoup de l'aile et nous n'avions plus d'intimite. Il la voyait 4 a 5 fois par an et ca a dure un bon 3 ans. 
    Lorsqu'il a voulu mettre fin a sa relation avec cette femme (de son cote, elle etait et est toujous mariee), elle s'est fait mettre en cloque par mon mari ! 
    Il m'a convaincu qu'il s'etait protege. 
    D'ailleurs, il m'a dit que s'il avait su qu'elle voulait un gosse, il aurait arrete de la voir sans tarder ! 
    Malheureusement, il a du reconnaitre la paternite contre son gre. La Loi Suedoise est tres stricte a ce sujet. Il est clair qu'elle voulait un gosse car elle ne pouvait pas en avoir avec son mari (23 ans de plus qu'elle et sterile !!). 
    C'est franchement degueulasse. 
    J'ai vecu un calvaire. 
    Ces femmes des Philippines et les autres qui grugent les hommes n'ont vraiment aucune valeur !
       29/01/2013 @ 18:48:04
    Commentaire de: parole [ Visiteur ] Site web

    Mon mari était dans le desarroi le plus complet lorsqu'il a appris qu'il allait devenir père géniteur contre sa volonté 
    (il s'est confié à moi: j'ai vécu une période extrêmement difficile, c'est comme si une météorite est tombée dans notre maison). 
    C'était dur pour tous les deux. 
    Ce qui fait mal c'est par la volonté d'une seule personne qui doit souffrir, trois autres personnes souffrent : l'enfant de ne pas avoir le droit de vivre aux cotés de son père, le père géniteur qui se culpabilise de n'avoir pas été plus prudent, la femme du père géniteur de savoir d'un enfant grandi sans son père.
    Quand je lis le témoignage de lecaude l'histoire imposée n'est pas finie...
       21/01/2013 @ 07:49:08
    Commentaire de: lecaude [ Visiteur ] Site web

    je suis actuellement en partage judiciaire avec un enfant que la maitresse de mon pere lui a fait, il ne l a pas reconnu,
    quand mon pere est decede a 70 ans, l enfant avait 9 ans et sa mere qui a 3 ans de moins que moi (j ai actuellement 62 ans)a demande la reconnaissance de l enfant de mon pere decede
    cette histoire a conduit ma mere en maison medicalisee pendant 15 ans - alcool anxiolitique
    et moi je ne sais pas si je vais pouvoir rester dans leur maison ou me retrouver dehors
    il a actuellemnt 25 ans j en ai 62, 
    de plus il a eu droit a un heritage du cote de ma grand mere la mere de mon pere !!!!!
       20/01/2013 @ 23:24:21

    Laisser un commentaire

    Statut des nouveaux commentaires: En attente





    Votre URL sera affichée.


    Veuillez entrer le code contenu dans les images


    Texte du commentaire

    Options
       (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)